Atmo-VISION

 Atmo-VISION est un vaste projet transfrontalier qui vise à reconquérir la qualité atmosphérique à l’échelle de la grande région du Rhin supérieur. Piloté par ATMO Grand-Est, il associe de nombreux partenaires en Allemagne, en France et en Suisse. Ils sont experts de la qualité de l’air, associations, institutions ou simples citoyens et travaillent ensemble dans une dynamique de coopération territoriale…

… parce-que la pollution atmosphérique ne s’arrête pas aux frontières.

 

 

Dans le Rhin supérieur, des ponts ont été établis dans le domaine économique, social, culturel et environnemental. L’un d’eux est le groupe des experts « qualité de l’air » de la Conférence du Rhin Supérieur qui suit l’observation et la gestion de la qualité de l’air transfrontalière. En impulsant le projet Atmo-VISION, ce groupe de travail s’attaque aujourd’hui à l’ensemble des enjeux transversaux atmosphériques Air-Climat-Énergie. Pendant 3 ans (2018-2020), des outils harmonisés sur ces thématiques seront créés par les partenaires du projet. Ceux-ci seront utiles aux institutions et administrations du Rhin supérieur pour visualiser la situation de façon transfrontalière et élaborer des stratégies communes d’amélioration.

 
 

 

Coopérer pour l’air

 

Périmètre de la zone du Programme INTERREG V Rhin Supérieur

Puisque la pollution atmosphérique dépasse les frontières, il est essentiel que les administrations et les institutions de part et d’autre du Rhin coopèrent pour la réduire. Le projet Atmo-VISION s’inscrit donc dans le cadre du Programme INTERREG V de l’Union Européenne de cette manière :

Axe Cohésion territoriale : renforcer les capacités institutionnelles des autorités publiques et des parties prenantes ainsi que l’efficacité de l’administration publique par la valorisation de la coopération juridique, administrative et citoyenne.

Objectif spécifique : améliorer l’offre de services transfrontalière des administrations et des institutions.

 

INTERREG est un programme de l’Union européenne pour soutenir la coopération transfrontalière. Les programmes INTERREG ont été initiés en 1989 par l’Union européenne. Il existe aujourd’hui plus de 100 programmes le long des frontières intérieures et extérieures de l’UE. Ils permettent de financer des projets communs et transfrontaliers, grâce au soutien du Fonds européen de développement régional (FEDER). Dans la région du Rhin supérieur, au carrefour de la France, l’Allemagne et la Suisse, le programme INTERREG en est à présent à sa cinquième génération (2014 – 2020).

 


 

Objectifs et actions

L’objectif principal d’Atmo-VISION est de proposer aux institutions et administrations du Rhin supérieur de nouveaux instruments appropriés pour diminuer les émissions de polluants de l’atmosphère: gaz à effet de serre et polluants à impacts sanitaires. Des outils Air-Climat-Énergie concertés sur le Rhin supérieur pour les institutions et administrations seront le socle objectif pour développer des mesures, créer des supports d’informations et de préconisations et mettre en réseau les parties prenantes autour d’une charte.

 

Atmo-VISION se compose de 5 axes d’actions :
 

  1. Production de bases de données concernant la consommation et la production d’énergie, les émissions de polluants et gaz à effet de serre et la qualité de l’air. Une vaste enquête transfrontalière sur l’utilisation du chauffage au bois est prévue.
  2. Mesures de polluants dans le Rhin supérieur entre autres test et déploiement de microcapteurs.
  3. État des lieux de la qualité de l’air dans le Rhin supérieur jusqu’à une échelle fine.
  4. Etude de l’origine géographique, sectorielle et énergétique des pollutions. Modélisation de nouvelles mesures qui pourraient être mise en place. L’impact de l’introduction des énergies renouvelables dans le Rhin supérieur sera particulièrement pris en compte.
  5. Mise en place d’une charte d’engagement pour l’atmosphère du Rhin supérieur et d’un réseau entre les acteurs du territoire afin d’apprendre les uns des autres et d’échanger les expériences pour favoriser l’efficacité des actions à venir. Les institutions et administrations seront formées à l’utilisation des données et des outils d’aide à la décision.

 
Le projet présente une plus-value transfrontalière pour l’ensemble du territoire. En raison des flux de polluants évoluant au gré des masses d’air, la recherche sur l’origine de la pollution de l’air dans le Rhin supérieur ne serait pas possible au seul niveau national. Les cadastres transfrontaliers d’énergie et d’émissions constituent une base de données unifiée pour la modélisations et d’autres actions de lutte contre la pollution.

 

 

Projet emblématique et innovant

 

En relevant le défi de la complexité des enjeux et de la diversité des parties prenantes, Atmo-VISION renforce la coopération. Il livre des outils concrets aux acteurs du territoire pour améliorer aujourd’hui notre air et permet aussi de construire ensemble notre vision pour l’avenir:
·       il associe différents territoires et différentes nationalités, ce qui a tout son sens puisque la pollution atmosphérique ne connait pas de frontière ;

·       il fédère des compétences de tous horizons et des acteurs venus aussi bien des collectivités que des organismes spécialistes de l’air, de l’énergie et du climat, ou encore des décideurs ;

·       il consacre une approche transversale : air, climat, énergie et santé, seule à même de produire des résultats probants ;

·       il propose une palette d’actions complémentaires très large, qui contribuera à terme à réduire la pollution sur le territoire du Rhin supérieur.

 

Atmo-VISION est novateur à plusieurs titres. Tout d’abord, il fournit des données transfrontalières et homogénéisées sur l’énergie et le climat non élaborées jusqu’ici. Pour la première fois, le concept de recherche de l’origine géographique, sectorielle et énergétique de la pollution de l’air par traceurs (le modèle CAMx) sera utilisé dans le Rhin supérieur. De plus, les cartes de pollution de l’air à 10 mètres sur tout le Rhin supérieur n’ont jamais été produites à l’échelle de cette région. Enfin, le projet accompagne le phénomène de société émergent que sont les microcapteurs et cherche à répondre à cette demande citoyenne.

 

 

Le projet structure le territoire du Rhin supérieur :
·       en construisant des bases de données harmonisées pour les acteurs dans le domaine air – climat – énergie. Ces résultats deviendront une base de référence pour le territoire. Les données pourront alimenter le Géoportail GeoRhena.

·       en élaborant la charte et en mettant en place le réseau associé. Ce réseau d’échange d’informations, d’expérience et de bonnes pratiques prolongera le travail institutionnel du Groupe des Experts de la Qualité de l’Air de la Conférence du Rhin Supérieur.

 

Les données produites restent représentatives plusieurs années. Ensuite, des mises à jour mineures peuvent être suffisantes pour continuer à utiliser ces données. Ici, les procédures et les outils développés en commun seront disponibles pour de futures utilisations et actualisations.