Mesures de la qualité de l’air par microcapteur embarqué sur un tramway

Quelle est la qualité de l’air lorsque l’on se déplace ? Les mesures en déplacement sont-elles de nature à affiner les analyses actuelles et à être moteur de changement ? L’embarquement de mini-stations de mesure des particules et dioxydes d’azote sur les tramways permet d’avancer sur ces questions.

Des microcapteurs pour la mesure de la qualité de l’air ont été déployés sur différentes lignes de tramways circulant dans l’Eurométropole de Strasbourg et à Kehl en Allemagne. Cette expérimentation devait permettre aux partenaires du projet Atmo-VISION de vérifier la cohérence des données collectées en mobilité via des tramways en vue d’obtenir une image plus précise de la pollution urbaine.

Cette opération s’appuie sur l’expérience de projets similaires de mesure de la qualité de l’air à l’aide de capteurs embarquées sur des tramways, réalisés entre autres à Zurich et à Grenoble.

5 rames de tramway circulant principalement sur les lignes A et D du réseau de l’Eurométropole de Strasbourg ont été équipées pendant un peu plus d’un mois (du 1er mars au 10 avril 2019) avec des microcapteurs de qualité de l’air.

Au regard du contexte transfrontalier du projet, des mesures de la qualité de l’air ont été faites en ciblant principalement la ligne D du réseau strasbourgeois, ligne circulant entre Strasbourg et Kehl.

En raison du choix de suivre uniquement les particules fines (en lien avec les contraintes techniques des instruments pouvant être déployés sur un tramway), l’opération s’est déroulée en saison hivernale, période au cours de laquelle les concentrations en particules primaires sont les plus élevées.

La même opération a été menée à Bâle de janvier à mars 2020.